dimanche 18 octobre 2015

Ça me plaît que vous n'ayez pas le mal de moi
Et ça me plaît que je n'aie pas le mal de vous,
Que la boule terrestre n'aille pas
S'enfuir sous nos pieds tout à coup.
ça me plaît de pouvoir être amusante -
Dévergondée - sans jeux de mots ni leurre -
Et de ne pas rougir sous la vague étouffante
Quand nos manches soudainement s'effleurent.

Ça me plaît aussi que vous enlaciez
Calmement une autre femme,
Et que, pour l'absence de mes baisers,
Vous ne me vouiez pas à l'enfer et aux flammes.
Que jamais sur vos lèvres, mon très doux,
Jour et nuit mon doux nom - en vain - ne retentisse...
Que jamais l'on n'aille entonner pour nous :
Alléluia! dans le silence d'une église.

Merci, de tout coeur et de ma main,
Pour m'aimer tellement - sans le savoir vous-même!-
Pour mon repos nocturne et pour, de loin en loin,
Nos rencontres qu'un crépuscule enchaîne,
Pour le soleil qui luit - pas au-dessus de nous.
Merci de n'avoir pas - hélas - le mal de moi,
Merci de n'avoir pas - hélas - le mal de vous.


Marina Tsvétaïéva






Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire