lundi 19 octobre 2015


Cependant que je contemplais son visage messager
Le dedans de ma poitrine gonfla comme une voile
De quantités de cordes en moi les nœuds se dénouèrent
Je quittais l'appontement de ma vie d'auparavant
Une sentence sans mots nous avait liés. 


Henri Michaux




2 commentaires:

  1. Mystérieuse sentence, un piège sans mot, laissons nous capturer donc....!

    B.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ B. Vous êtes bien téméraire......!

      Supprimer