mercredi 14 octobre 2015

Je suis fatiguée : j’ai marché toute la nuit pour semer ton souvenir.
Assise sur un banc, abrutie malgré moi par l’approche du matin,
je cesse de me rappeler que j’essaie de t’oublier. 

Marguerite Yourcenar


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire