dimanche 22 novembre 2015


Tu te souviendras de ce siècle finissant 
Les amours, les horreurs n’ont jamais fait semblant.
Repentances et regrets pour l’avant, pour l’après
Je te prie d’oublier ce à quoi j’ai manqué... 
Comme les astres soumis aux lois de la physique
Je suis un être tragico-biologique
Entre mon corps et mon âme, je transgresse le programme
Pour t’aimer totalement, tendrement, tragiquement.
Totalement, tendrement, tragiquement.
A noir, E blanc, I rouge, les voyelles... 
Et l’éternité.
Cérémonie d’adieux pour des temps révolus
Offre ta mémoire aux futurs inconnus
Emporte notre histoire dans cet étrange au-delà
Qu’est le temps qui s’éloigne où je ne serai pas.
Je te prie d’oublier ce à quoi j’ai manqué.

Yves Simon


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire