samedi 20 février 2016



C’est terminé. On n’arrive pas. A savoir quand. Mais c’est terminé. On oublie l’histoire comme on perd un papier égaré au fond d’un vieux sac à main. On oublie beaucoup. Je sais pourtant les mots les frissons les sourires les caresses les jours les nuits les peaux les soleils les réveils les bonheurs. Et la mer. Surtout la mer. Chaque parfum qui nous lie. Brutal oubli. Marbre écho. Il faut fermer les yeux pour effacer. Pour ne pas être paralysé dans le souvenir. Alors c’est obtenu, c’est fini. Cruelle absence court silence ma boussole est devenue folle. Et soudain j’entends l’éclat de ton rire.

M@claire © 20/02/16


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire