samedi 12 mars 2016


Elle sait les manques,
les chemins à rebrousse jeunesse,
les miroirs perfides, les carrefours, l’embuscade des sillons, tous les fléchissements.


Elle sait les traîtrises d’automne,
la lumière crue, la lumière nue qui appelle le corps par son âge.

Elle sait l’inconfiance malgré la violence des désirs.

Alors, elle voile la chute, protège l’intime, cherche la distance.
Elle masque la peur,
marche et sait qu’elle ne court plus.
La cruauté naturelle ne laisse aucun doute, la route est plus courte.

Pourtant, elle y boit toujours le soleil d’un trait.
Encore son pas réunit l’eau et le galet.

Doit-elle dire « je » quand elle parle d’Elle ?
A les voir se chercher,
je me dis qu’il faut du temps pour joindre les deux bouts d’une femme.


Ile Eniger (Extrait de "L'inconfiance" / Éditions Collodion)












Ile Eniger

2 commentaires:

  1. @ Roger, j'ai découvert il y a peu cette poetesse, Ile Eniger, et ses mots me touchent tout particulièrement. Merci à vous d'être venu lire et le dire..

    RépondreSupprimer