jeudi 7 avril 2016

Amour vos baisers florentins
Avaient une saveur amère
Qui a rebuté nos destins

Ses regards laissaient une traîne
D'étoiles dans les soirs tremblants
Dans ses yeux nageaient les sirènes
Et nos baisers mordus sanglants
Faisaient pleurer nos fées marraines

Mais en vérité je l'attends
Avec mon cœur avec mon âme
Et sur le pont des Reviens-t'en
Si jamais revient cette femme
Je lui dirai
Je suis content

Guillaume Apollinaire - La Chanson du Mal-Aimé


7 commentaires:

  1. oui c'est exactement ça...

    RépondreSupprimer
  2. Si jamais revient cette femme
    Je lui dirai
    Je suis content

    Je suis content Douce car tu ne pars pas, tu es là, au long cours…

    Et, en vieux libertin que je suis, je m'en réjouis.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Ulysse....Argh ! l'amour et ses chemins tortueux !!

      Supprimer
  3. en chemin vers le ______ mais l'expérience montre que le chemin est douloureux et tortueux...donc....

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ Anonyme....oui donc....et puis faites moi plaisir voulez vous?....nommez-vous lors de vos commentaires...c'est mieux non? Pourquoi rester "anonyme"? vous avez quelque chose à cacher?.... Moi non.... :)!

      Supprimer
  4. Oui, Douce, je sais, ma vulgarité est bien loin de votre poésie…

    RépondreSupprimer