dimanche 17 avril 2016


L’espace de ton silence m’habite 
Dans ces nuits sans miroir 
Plus tard dans une autre vie
Clairière sur la mer
Accorder les apparences
Qu’elles viennent enfin s’engouffrer 
Pas si loin et encore plus près
Comment écrire un poème avec ces yeux là
Quand personne ne sait pour le dernier voyage
Parler encore s’il est temps
 L'intime se craquelle au bord
Les minutes n'en finissent pas
S'asseoir là pour enfin
Abréger l’écart
Caresse-moi la vie



M@claire ©
Photo "Entre Wimereux et Ambleteuse" 




1 commentaire:

  1. « …pour le dernier voyage »

    Si le ciel et la mer sont noirs comme de l’encre,
    Nos cœurs que tu connais sont remplis de rayons !
    Verse-nous ton poison pour qu’il nous réconforte !
    Nous voulons, tant ce feu nous brûle le cerveau,
    Plonger au fond du gouffre, Enfer ou Ciel, qu’importe ?
    Au fond de l’Inconnu pour trouver du nouveau !
    (Baudelaire)

    RépondreSupprimer