samedi 9 avril 2016


Il lui disait : « Vois-tu, si tous deux nous pouvions, 
L'âme pleine de foi, le cœur plein de rayons, 
Ivres de douce extase et de mélancolie, 
Rompre les mille nœuds dont la ville nous lie ; 
Si nous pouvions quitter ce Paris triste et fou, 
Nous fuirions ; nous irions quelque part, n'importe où, 
Chercher loin des vains bruits, loin des haines jalouses, 
Un coin où nous aurions des arbres, des pelouses ; 
Une maison petite avec des fleurs, un peu 
De solitude, un peu de silence, un ciel bleu, 
La chanson d'un oiseau qui sur le toit se pose, 
De l'ombre ; — et quel besoin avons-nous d'autre chose ? »


Victor Hugo




2 commentaires:

  1. Douce,
    Souviens-toi de l'échancrure du temps !

    RépondreSupprimer
  2. Mon enfant ma sœur songe à la douceur…http://acoretacris.blogspot.fr/2016/04/un-reveune-rencontre-au-pays-perdu.html

    RépondreSupprimer