samedi 2 avril 2016


Je ne serais jamais tienne
Je suis déjà mienne
Décidément avec ces païennes
Tu fermes les persiennes
Comme un força isolé en Cayenne
Qui use ses mots se persuadant que ces chiennes
Selon ton souhait deviennent
Tes vauriennes
Mon écœurement en bord d'haleine
Ne te méprends pas ce n'est même pas la haine
Je suis Reine
A grand coup de sirènes
La belle vie m'apporte mes étrennes.


M@claire© 


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire