samedi 16 avril 2016



La mer : je ne m’y perdais pas, je m’y retrouvais.


Albert Camus




1 commentaire:

  1. Le vent se lève! . . . il faut tenter de vivre!
    L'air immense ouvre et referme mon livre,
    La vague en poudre ose jaillir des rocs!
    Envolez-vous, pages tout éblouies!
    Rompez, vagues! Rompez d'eaux réjouies
    Ce toit tranquille où picoraient des focs!
    (Valéry)

    RépondreSupprimer