mardi 17 mai 2016



J’aménage des chambres dans l’encre. 
J’ouvre les armoires. 
Je dispose des fleurs dans les vases.
 Je fais pour la mémoire des lits bien propres. 
Personne n’y viendra dormir. 
Je recueille la poussière des rêves qui s’amassent la nuit dans nos têtes. 
Au matin, j’ai le cœur défait.

Jean-Michel Maulpoix / extrait / Un dimanche après-midi dans la tête


Tableau Armand Guillaumin/ Intérieur-1889/ Musée d’Orsay



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire