jeudi 2 juin 2016

Alfred, j’ai vu des jours où nous vivions en frères,
Servant les mêmes dieux aux autels littéraires :
Le ciel n’avait formé qu’une âme pour deux corps ;
Beaux jours d’épanchement, d’amour et d’harmonie,
Où ma voix à la tienne incessamment unie
Allait se perdre au ciel en de divins accords.
Qui de nous a changé ? Pourquoi dans la carrière
L’un court-il en avant, laissant l’autre en arrière ?
Lequel des deux soldats a déserté les rangs ?
Pourquoi ces deux vaisseaux qui naviguaient ensemble,
Désespérant déjà d’un port qui les rassemble,
Vont-ils chercher si loin des bords si différents ?
(...)
Non, c’est toi qui changeas. Un nom qui se révèle
T’éblouit des rayons de sa gloire nouvelle.
Tu vois dans le bourgeon le fruit qui doit mûrir :
Mécène du Virgile et saint Jean du Messie,
Tu répands en tous lieux la saint Prophétie,
Tu sèmes la parole et tu la fais fleurir.
(...)
Adieu. Garde ta foi, garde ton opulence.
Laisse-moi recueillir mon cœur dans le silence,
Laisse-moi consumer mes jours comme un reclus ;
Pardonne cependant à cette rêverie,
C’est le chant d’un proscrit en quittant la patrie,
C’est la voix d’un ami que tu n’entendras plus.

Félix Arvers


2 commentaires:

  1. Quand on n'a que l'amour
    A s'offrir en partage
    Au jour du grand voyage.
    Qu'est notre grand amour
    Quand on n'a que l'amour.

    (Brel)

    RépondreSupprimer
  2. @ ulysse....marrant ça....j'ai pensé justement à cette chanson de Brel en postant le lien de mon blog sur mon profil Face Book ce matin, et je me suis ravisée....et mis "La quête"....:) !!

    RépondreSupprimer