jeudi 23 juin 2016


Je te rencontre.
Je me souviens de toi.
Qui es-tu ?
Tu me tues.
Tu me fais du bien.
Comment me serais-je doutée que cette ville était faite à la taille de l’amour ?
Comment me serais-je doutée que tu étais fait à la taille de mon corps même ?
Tu me plais. 
Quel événement.
Tu me plais.
Quelle lenteur tout à coup.
Quelle douceur.
Tu ne peux pas savoir.
Tu me tues.
Tu me fais du bien.
Tu me tues.
Tu me fais du bien.
J’ai le temps.
Je t’en prie.
Dévore-moi.
Déforme-moi jusqu’à la laideur.
Pourquoi pas toi ?
Pourquoi pas toi dans cette ville et dans cette nuit pareille aux autres au point de s’y méprendre ?

Marguerite Duras - Hiroshima mon amour
Photo  Marilyn Monroe dans sa robe cerise pour le film The Misfits - 1961 


2 commentaires:

  1. Merci, Douce, de nous rappeler ces mots qui pour moi sont à jamais des paroles. Je n'ai vu le film qu'une fois, il y a bien longtemps, mais j'entends encore la litanie d'Emmanuelle Riva: "Tu me tues Tu me fais du bien"
    Merci…

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. @ ulysse Merci de votre fidèlité ici et de vos partages d'émotions sur ces textes que je m'applique à choisir en fonction de mes humeurs et de mes envies.

      Supprimer