jeudi 14 juillet 2016


Pas de foule affolée ici 
Mais des mouettes bavardes
Elles ne disent rien sur toi
Je me suis approchée de l’eau
Sur le quai se penser en partance
Le silence d’un rendez vous 
Tu n'es pas venu
Tous les désordres de vie tanguent 
Les mains dans mes poches comme une gamine
Ne pas glisser sur le chemin
L’envol des goélands rend la vue illisible


M@claire© 14/07/16


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire