jeudi 7 juillet 2016

C’est peut-être ça la vie: beaucoup de désespoir mais aussi quelques moments de beauté où le temps n’est plus le même.
C’est comme si les notes de musique faisaient un genre de parenthèses dans le temps, de suspension, un ailleurs ici même, un toujours dans le jamais.

Muriel Barbery




Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire