lundi 14 novembre 2016


Thé et café

Le fleur de café voulut un jour faire le voyage de Chine
pour aller rendre visite à sa soeur la fleur de thé.
Celle-ci la reçut avec une bienveillance dans laquelle perçait un
léger sentiment de supériorité.
Pour la fleur de thé, en effet, le café n’était qu’une fleur barbare
avec laquelle elle consentait à entrer en relations
malgré la distance qui sépare une Chinoise civilisée
d’une étrangère encore plongée dans les ténèbres de l’ignorance:

—Ma noblesse est de six mille ans plus vieille que la vôtre,
elle date de la fondation même du royaume de Chine,
qui est le plus ancien des royaumes connus.
—Vous êtes si fade, s’écria le café, que les Chinois eux-mêmes
ont été obligés de vous abandonner pour l’opium.
Vous n’êtes plus pour eux un excitant, père de doux rêves,
mais une simple boisson de table, comme chez nous le
cidre ou la petite bière.
—J’ai conquis, répliqua le thé avec vivacité,
un peuple qui a vaincu les Chinois.
Je règne en Angleterre.
—Et moi en France.
—J’ai inspiré Walter Scott et lord Byron.
-J’ai animé la verve de Molière et de Voltaire.
—Vous êtes un poison lent.
—Et vous un vulgaire digestif.
—Tu brûles, moi je console.
—Je fortifie, tu fais languir.
—A moi le cœur.
—A moi la tête.

Les deux fleurs exaspérées allaient se prendre aux feuilles,
lorsqu’elles convinrent de s’en rapporter à un tribunal mi-parti de buveurs de thé et de café.
Ce tribunal siège depuis des siècles, il n’a pu encore formuler un jugement.

J.J. Grandville
Photo d'une devanture à Castres 







Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire