lundi 5 décembre 2016



Chacun de nous a son propre alcool.
Je trouve assez d'alcool dans le fait d'exister.
Ivre de me sentir, j'erre et marche bien droit.
Si c'est l'heure, je reviens à mon bureau, comme tout le monde.
Si ce n'est pas l'heure encore, je vais jusqu'au fleuve pour regarder le fleuve, comme tout le monde.
Je suis pareil.
Et derrière tout cela, il y a mon ciel, où je me constelle en cachette et où je possède mon infini.

Fernando Pessoa





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire