jeudi 4 mai 2017



Dès que j'aperçois un ruisseau et des montagnes mes yeux malades s'écarquillent,
Où que je marche mes sandales en paille effleurent la mousse épaisse,
De tous les objets de ma vie m'étant déjà débarrassé,
je n'emporte que mes pinceaux et mes ustensiles pour le thé.



LU YU



Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire